Mon envie de découvrir d’autres pays  m’a amenée à plusieurs reprises au Mali, accompagnée d'amis  et de mon mari, nous avons découvert le pays de Bamako à Tombouctou, en voyageant comme les autochtones.
En janvier 2008, nous avons eu la chance d’être invités à rendre visite aux membres de la famille d’un ami malien demeurant à Djenné  dont les racines se perdent dans le pays dogon.
Cela nous a permis de découvrir des villages loin des routes touristiques, le jeune Younoussa Traore  rencontré cette année là, a fait preuve immédiatement d’une soif de connaissance, d’efficacité et de sympathie. Ce fut un agréable compagnon de route qui a progressé dans notre langue de jour en jour.
Nous sommes restés en contact avec les amis de Djenné chez qui Younoussa vivait et travaillait. Je ne fus guère surprise de le voir arriver en Lorraine et surtout de s'intéresser aux métiers du verre.  Quelques temps après son arrivée, Gérald Vatrin notre ami commun l'a formé au métier de souffleur de verre, l'élève a appris et assisté le maître.
Ses premiers travaux  sont imprégnés de la démarche de son mentor et de l'Afrique qui  les a marqués tous les deux. Les années aidant,  ils  ont coupé le cordon, Younoussa  a commencé alors à développer son propre travail et exposé en Europe. J'ai vu récemment une pièce sortie de l'atelier, elle semble boucler une boucle, celui qui a décoré autrefois des calebasses et graines, décore une de ses sculptures en verre de graines de boabab d'un geste raffiné.

 

ML TonettA

septembre 2018